Travail social

Sarah Maude Adams

Travailleuse sociale

Rencontrez Sarah Maude Adams, travailleuse sociale au Centre de réadaptation Constance-Lethbridge.

L'approche thérapeutique de Sarah Maude repose beaucoup sur l'environnement de sa clientèle en réadaptation. Le rire est toujours au rendez-vous avec elle, puisque l'humour est une de ses méthodes préférées, permettant d'alléger les situations qui sont parfois difficiles.
Ce qu'elle apprécie énormément au Centre de réadaptation Constance-Lethbridge est la diversité culturelle de sa clientèle et son travail axé sur l'intégration sociale.

Émilie Poitras

Travailleuse sociale

Faites connaissance avec Emilie Poitras, travailleuse sociale au CLSC de Parc-Extension. Elle spécialise d’ailleurs ses interventions auprès des aînés et en matière de soins à domicile. Elle fait partie de l’équipe du Programme de soutien à l'autonomie des personnes âgées et déficience physique adulte, mieux connu sous le nom de SAPA-DPA, et décrit ses collègues comme un prolongement de sa famille.

Emilie rend visite aux personnes âgées à domicile, ce qui lui permet d'avoir un aperçu de leur vie et de développer une relation de confiance avec eux.

« Pour certaines personnes, travailler dans l’intimité de quelqu’un les met mal à l'aise. Pour moi, c'est l'occasion de rencontrer des gens dans leur environnement », dit-elle. Elle travaille avec une équipe multidisciplinaire composée d’auxiliaires familiales et sociales, d'infirmières, d'ergothérapeutes, de nutritionnistes et de physiothérapeutes.

En plus des visites à domicile, elle rencontre des personnes âgées à l'hôpital ou dans des centres de réadaptation. « Il n'y a pas une journée pareille », dit-elle.

Emilie, qui détient un baccalauréat en travail social et un certificat en gérontologie sociale, mentionne que le contact humain est l’aspect préféré de son travail - non seulement avec les aînés et leurs familles, mais également avec un vaste réseau de personnes. « J'adore travailler en équipe, non seulement avec mes collègues, mais aussi avec les familles, les groupes communautaires, les partenaires privés, les hôpitaux et plus encore », dit-elle.

Son intérêt pour le travail social est né de l'histoire de sa propre famille. Emilie a grandi à proximité de ses grands-parents, qui faisaient partie de sa vie quotidienne. À mesure que ses grands-parents vieillissaient, ils pouvaient compter sur une équipe du CLSC pour les aider à demeurer chez eux. « Après le décès de mes grands-parents, j'ai compris que je voulais devenir travailleuse sociale spécialisée dans les soins à domicile », dit Emilie.

Elle a été attirée par le CLSC de Parc-Extension en raison de la diversité de cet arrondissement. « Je l'ai choisi pour avoir la chance de travailler dans deux langues et avec des communautés culturelles diverses », dit-elle.

Sara Todd

Travailleuse sociale

Faites connaissance avec Sara Todd, travailleuse sociale au CLSC de Côte-des-Neiges. Son mandat est d’accompagner les familles d’enfants de 0 à 5 ans et de fournir les outils adéquats aux parents qui doivent soutenir leurs enfants aux prises avec des réalités et des besoins divers.

Que ce soit à la Maison Bleue de Côte-des-Neiges où elle effectue certains remplacements ou au CLSC, Sara reconnaît l’importance de travailler en collaboration avec les divers organismes communautaires de l’arrondissement. « L’apport des autres professionnels du CIUSSS, psychologues, thérapeutes, psychothérapeutes, médecins, infirmières, me permet également de mieux accomplir ma tâche au quotidien », mentionne-t-elle.

Détentrice d’un baccalauréat en développement international de l’Université McGill et d’une maîtrise en travail social de l’UQAM, c’est au CLSC de Parc-Extension que Sara fait son stage. « J’ai vraiment aimé mon expérience. L’aspect multiculturel et le caractère bilingue des divers établissements du CIUSSS ont été déterminant dans mon choix de carrière », ajoute Sara.

Son travail quotidien se traduit par des rencontres individuelles ou avec les familles, que ce soit au CLSC, à la Maison Bleue ou dans le cadre de visites à domicile. L’accompagnement se fait de diverses façons, selon les besoins et les demandes des familles.

« J’aime les possibilités qui me sont offertes dans le cadre de cet emploi, la singularité de chaque rencontre et expérience vécue. Je me sens privilégier de côtoyer et d’accompagner des personnes dans ce processus de soutien, ce qui est très valorisant pour une professionnelle », raconte-t-elle.

Pour Sara, il n’y a pas une journée pareille, à son plus grand bonheur. « Et je continue d’être impressionnée à chaque jour par les personnes avec qui je travaille. »

Dernière modification de la page le 

Nous recherchons toujours des commentaires pour améliorer notre site.