Julia Mazzonna

 

Julia Mazzonna, BSII, est infirmière clinicienne à l’Hôpital Général Juif. Elle a été interviewée par Christina Clausen le 25 mars 2021.

La souffrance de toute une vie

Ce dont Julia Mazzonna se souvient le plus de la première vague de la pandémie, c’est de la souffrance. Elle a encore du mal à en parler sans pleurer.

Lorsque COVID-19 a frappé, Mazzonna travaillait à temps partiel comme infirmière clinicienne dans une unité de médecine interne de l’Hôpital Général Juif et terminait le dernier semestre de son baccalauréat en sciences infirmières à McGill. Son dernier stage a rapidement été annulé et Mazzonna s’est retrouvée à travailler comme infirmière extender passant d’une unité COVID à une autre selon les besoins les plus criants.

Elle a vu de première main l’effet du virus sur les gens. « Je le décris comme une sensation d’étouffement parce que j’ai vu tant de patients suffoquer, il n’y a pas d’autre mot , dit-elle. Ce n’est pas dans les médias qu’on apprend cela. Il faut l’avoir vu pour comprendre. »

Mazzonna en a été témoin à maintes reprises. « Le nombre de patients a qui s’est arrivé dans un si court laps de temps, c’était tout simplement incroyable. Je n’ai pas de mots pour décrire cette situation », dit-elle.

Écouter un extrait de l'entrevue de Julia Mazzonna :

Dans ces premiers jours, la majorité de ses patients étaient des cas palliatifs. « Il était évident que ces patients n’allaient pas s’en sortir et je ne voulais tout simplement pas qu’ils souffrent, explique-t-elle. Je tenais à ce qu’ils soient bien médicamentés pour partir sans souffrir. »

Elle était aussi souvent le seul lien de communication entre les patients et leurs familles. Il y avait beaucoup d’appels téléphoniques et d’appels sur FaceTime où les membres de la famille « suppliaient leurs proches de se battre pour s’en sortir », se souvient Mazzonna. « C’était déchirant parce qu’ils ne pouvaient pas venir les voir. »

C’était particulièrement le cas pour les patients gériatriques, les conjoints étant souvent trop âgés ou trop à risque pour entrer dans une zone chaude, « de sorte qu’ils ne pouvaient même pas être là pour tenir la main [du patient] dans ses derniers moments », explique-t-elle.

Des besoins contradictoires

Pendant la première vague, « tout était une zone chaude », précise Mazzonna. En tant qu’infirmière dans cette zone, « vous ne pouviez pas aller aux toilettes, vous ne pouviez pas boire, vous ne pouviez pas manger pendant des heures et chaque fois que vous deviez vous absenter, il fallait laisser les patients seuls, explique-t-elle. Il fallait quitter la zone chaude, prendre une gorgée d’eau, puis revenir ». En même temps, elle savait que c’était mieux pour les patients, car autrement, ils auraient été complètement isolés.

Lorsque les couloirs étaient des zones ‘vertes’, c’était plus facile pour les infirmières à certains égards, mais plus difficile pour les patients. Lorsqu’un patient allait mal, le personnel était souvent posté à la fenêtre à l’extérieur de sa chambre. Mazzonna craignait que le fait de se voir surveillés par la fenêtre donne aux patients « le sentiment d’être l’attraction animale dans un zoo. »

En fait « il ne s’agissait pas de regarder le patient, précise-t-elle, mais de soutenir le personnel à l’intérieur de la chambre qui ne pouvait pas sortir pour aller chercher un écouvillon d’alcool, par exemple. Il fallait quelqu’un à l’extérieur pour les seconder. »

Il y avait beaucoup de choses à gérer à la fois. « C’est comme une vie entière de souffrance et de mort en l’espace de quelques semaines », déclare Mazzonna. Lorsqu’elle a elle-même attrapé la COVID, c’était presque « une bénédiction », explique-t-elle, car elle a pu avoir le répit dont elle avait besoin « de toutes ces morts ».

Malgré tout, lorsque l’infirmière en chef a demandé deux bénévoles pour l’unité COVID lors de la deuxième vague, Mazzonna a répondu présente. « Tout le monde m’a demandé pourquoi j’y retournais », dit-elle. Mais quelque chose en elle savait qu’elle devait le faire.

« Je pense que cela m’a apporté une certaine tranquillité d’esprit, explique-t-elle. Cette expérience m’a donné confiance en moi, en tant que personne et en tant qu’infirmière. »

Dernière modification de la page le 

Nous recherchons toujours des commentaires pour améliorer notre site.