Vaccination: vos questions & nos réponses (public et employés)

Demandez aux experts : une série de vidéos pour en savoir plus sur la vaccination
  •  CLIQUEZ ICI pour rencontrer les experts de notre CIUSSS et répondre à toutes vos questions.
Informations sur la vaccination contre la COVID-19
Questions et réponses pour les employés et le grand public

1. Dans quelle mesure ces vaccins sont-ils sans risque?
Santé Canada procède toujours à un examen approfondi des vaccins avant de les autoriser. Les vaccins Pfizer et Moderna ont été traités comme tout autre vaccin dont l’utilisation est autorisée au Canada : ils ont été soumis à des normes scientifiques rigoureuses de qualité et à des essais cliniques, et font maintenant l'objet d'une surveillance post-commercialisation. Depuis janvier 2021, une surveillance active des caractéristiques cliniques a été ajoutée au système de surveillance habituel. Pour qu’un nouveau vaccin contre la COVID19 puisse être administré au Québec, un suivi doit être effectué auprès de 30 000 personnes afin de documenter l’apparition ou l’aggravation d’un problème de santé suffisamment grave pour nécessiter une consultation médicale dans les sept jours précédents et les sept jours suivant la vaccination. Le risque de réaction allergique grave est extrêmement rare : une à deux chances sur un million de personnes seulement. Personne ne peut être infecté par la COVID-19 en étant vacciné, puisque le vaccin ne contient pas le virus. Il ne contient qu’une petite partie du code génétique du virus (messager RNA).

2. Quelles sont les différences entre les vaccins Pfizer et Moderna?
Bien que les deux vaccins contiennent de l'ARN messager, il existe des différences dans les ingrédients non médicinaux. En outre, les participants à l'étude de Pfizer étaient âgés d’au moins 16 ans, alors que l'étude de Moderna comprenait des participants de plus de 18 ans. Une différence majeure réside dans les températures de stockage : -70 à -80oC pour Pfizer et -20oC pour Moderna. Les effets secondaires, les contre-indications et les résultats d'efficacité des essais des études étaient très similaires. Les deux produits se sont avérés très efficaces pour prévenir les maladies graves, les hospitalisations et les décès. Il est important de rappeler que l'objectif des deux vaccins est le même : contribuer à mettre fin à cette pandémie.

3. Quelle est l'efficacité de ces vaccins après une seule dose?
Lors d’essais cliniques menés par Pfizer et Moderna, l’efficacité du vaccin était supérieure à90 %, 14 jours après l’administration de la première dose. Récemment, l’Institut nationale de santé publique a analysé l’efficacité du vaccin après l’administration d’une dose. Il a constaté que les travailleurs de la santé et les résidents des CHSLD ont montré une efficacité élevée de 80 % après 21 jours. Il est à noter que l’efficacité maximale après une dose ne peut être atteinte avant 21 jours chez les jeunes, et avant 28 jours chez les personnes plus âgées (Comité sur l’immunisation du Québec(CIQ)- 18 février 2021). Compte tenu de l’efficacité obtenue après la première dose, le CIQ recommande de reporter la seconde dose, en cas de pénurie de vaccin et de la propagation très rapide de la COVID-19 au Québec. Le vaccin devrait plutôt être administré aux personnes des groupes prioritaires le plus rapidement possible (MSSS - 20 janvier 2021).

4. Quelles sont les nouveaux variants de la COVID-19? Les vaccins actuels nous protègent-ils contre eux?
Comme d’autres virus, la COVID-19 subit régulièrement des transformations en de nouveaux variants. Ceux-ci (variant du Royaume-Uni, du Brésil et de l'Afrique du Sud) sont considérés comme plus contagieux et/ou plus virulents que le virus de la COVID-19 initial. Jusqu’à présent, les vaccins Pfizer et Moderna ont réussi à nous protéger contre ces variants. Moderna et Pfizer ont produit des résultats de recherche qui montrent que la réponse des anticorps au variant sud-africain est plus faible, mais toujours adéquate pour nous protéger.

5. Quelle est la durée de l'efficacité d'une dose?
À ce jour, comme l’a annoncé l’Institut nationale de santé publique(INSPQ) le 17 février dernier, l’efficacité du vaccin de 80 % est maintenue pendant huit ou neuf semaines après l’administration de la première dose. Il est trop tôt pour déterminer à quel moment une diminution de l’efficacité pourrait survenir, puisque la période de suivi maximale est de deux mois pour les personnes qui ont été vaccinées. Les études sont en cours et les données sont analysées sur une base hebdomadaire (Comité sur l’immunisation du Québec(CIQ) - 18 février 2021). Le CIQ rappelle que l’administration d’une seconde dose est importante pour assurer une protection à long terme (INSPQ - 20 janvier 2021). Comme il n’y a pas eu d’alerter concernant une pénurie de vaccins, un intervalle plus long (plutôt que court) est préférable, afin de maximiser la protection du plus grand nombre de personnes (CIQ - 18 février 2021).

6. Quelle est la justification de la modification du programme de dosage et du non-respect du protocole Pfizer/Moderna?
En janvier 2021, des preuves évidentes de la propagation accrue du virus dans la communauté ont été trouvées, ainsi qu’une augmentation du nombre d'hospitalisations, d'admissions aux soins intensifs et de décès. La Santé publique du Québec a avisé que notre système de santé était confronté à une menace sérieuse et six groupes vulnérables ont été identifiés. Les travailleurs de la santé ont été inclus, car ils courent un plus grand risque de contracter la COVID 19 et sont essentiels au système de santé. La vaccination rapide de ces groupes était considérée comme le moyen le plus efficace de réduire la tendance. Ces groupes comprennent 1,7 million de personnes. Compte tenu du nombre de doses de vaccin que le Québec devait recevoir au début de 2021, il était impossible de vacciner ces groupes prioritaires avec les deux doses, à temps pour empêcher notre système de santé d'atteindre le point de rupture. Les données de Pfizer et de Moderna ont montré qu'après la première dose (au 14ejour), le vaccin est efficace à au moins 90 %. La recommandation du Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) était d'offrir la première dose au plus grand nombre possible dans les six groupes prioritaires. Le MSSS surveille le niveau de protection offert par la première dose. Les résultats préliminaires, rapportés récemment par le CIQ, montrent qu’après deux mois, une forte immunité existe après une dose chez les travailleurs de la santé et chez les résidents des établissements de soins de longue durée. Si une baisse est observée, le plan sera modifié et l'administration de la deuxième dose accélérée (Institut nationale de santé publique - décembre 2020). Soyez assurés que le plan actuel prévoit l’administration de la deuxième dose de façon définitive, car elle est nécessaire pour une protection à long terme.

7. Existe-t-il suffisamment de données pour justifier la décision de retarder la deuxième dose?
Des experts de la santé publique du Québec ont soigneusement évalué les résultats des études de Pfizer et Moderna. Sur la base de leur analyse et de la menace très réelle qui pèse sur notre système de santé, ils ont recommandé de retarder la deuxième dose afin d'administrer la première dose au plus grand nombre de personnes appartenant aux groupes les plus vulnérables. L'objectif est de diminuer l'incidence des maladies graves, des hospitalisations et des décès, et de protéger l'intégrité de notre système de santé (Institut nationale de santé publique(INSPQ) - décembre 2020). Les résultats de l'étude démontrent une protection d'au moins 90 % après la première dose. En réalité, ces chiffres ne sont pas surprenants. Pour de nombreux vaccins qui nécessitent plus d'une dose, c'est la première dose qui offre de loin la meilleure protection. Il s’agit notamment des vaccins contre la coqueluche, la rougeole, les oreillons, la rubéole, la varicelle et l'hépatite A. Les doses supplémentaires assurent une protection à long terme (INSPQ - décembre 2020). Ce qui est certain, c'est que si les gens ne sont pas vaccinés, ils risquent de contracter la COVID-19 et de développer des complications.

8. Que fait-on pour contrôler l’impact du report de la seconde dose?
Un contrôle minutieux et continu de l’efficacité des vaccins, presqu’en temps réel, sera effectué tout au long de l’année 2021.Celapermettrad’apporter des ajustements, si nécessaire, à la stratégie de vaccination préconisée par la Santé publique.

9. Aurons-nous accès à notre seconde dose s'il est démontré que la durée de l'efficacité est courte?
Oui, l’administration de la deuxième dose sera accélérée si les études d’efficacité de l’Institut nationale de santé publique montrent un déclin rapide de la protection après la première dose. Le Comité sur l’immunisation du Québec recommande qu’en cas de pénurie, et si la circulation du virus est élevée, la première dose de vaccin contre la COVID-19 soit administrée au plus grand nombre de personnes dans les six premiers groupes prioritaires. Une fois la première dose reçue, la deuxième dose peut être proposée si les études d’efficacité montrent une diminution de la protection après la première dose.

10. J'ai entendu dire que nous ne recevrons pas notre deuxième dose. Est-ce vrai?
Non, ce n'est pas vrai. Conformément aux directives ministérielles, une fois que les groupes prioritaires auront été vaccinés, et dès que d'autres doses seront disponibles, vous serez informés du moment et du lieu où vous pourrez vous procurer votre deuxième dose.

11. Combien de temps la deuxième dose sera-t-elle retardée?
Le Comité sur l’immunisation du Québec recommande qu’en cas de pénurie, et si la circulation du virus est élevée, la première dose de vaccin soit offerte au plus grand nombre de personnes dans les six premiers groupes prioritaires. Une fois que toutes ces personnes auront reçu leur première dose, la seconde sera offerte. Le MSSS déterminera quand la deuxième dose sera administrée. En outre, l’administration de la seconde dose pourrait être devancée si les études d’efficacité de l’Institut nationale de santé publique montrent une diminution rapide de la protection après la première dose.

12. Comment la décision est-elle prise de donner la priorité à certains employés pour la vaccination?
À la mi-décembre 2020, le Comité sur l'immunisation du Québec a publié une directive concernant sur la priorité à accorder aux travailleurs de la santé pour la vaccination contre la COVID-19. Elle précise l'ordre dans lequel les vaccins doivent être administrés et établit l’ordre d’administration par établissement, service ou département et par fonction.

13. Comment ces mesures sont-elles mises en place?
Notre CIUSSS suit une directive du Comité d'immunisation du Québec (publiée en décembre 2020) sur la priorisation des travailleurs de la santé qui doivent recevoir le vaccin contre la COVID-19. Les ressources humaines et divers autres services travaillent ensemble pour s'assurer que toutes les listes d'employés sont validées et que tous ceux qui sont admissibles à recevoir le vaccin sont appelés dans leur ordre de priorité. Si vous pensez avoir été oublié, veuillez en parler à votre gestionnaire.

14. Les membres de ma famille peuvent-ils être vaccinés?
Notre CIUSSS suit les priorités de vaccination pour les groupes énumérés par le Programme d'immunisation du Québec. Les travailleurs de la santé sont inclus dans la première phase de la vaccination. Dans la seconde phase, les membres de votre famille seront admissibles au moment du début de la vaccination pour le groupe prioritaire auquel ils appartiennent. Le vaccin sera administré par le réseau de santé du territoire où vivent les membres de votre famille.

15. Quelles sont les contre-indications de ces vaccins?
Vous ne devez pas être vacciné si vous avez eu une réaction allergique grave à une première dose ou si vous avez une allergie connue à l'un des composants du vaccin comme le polyéthylène glycol (PEG). La liste des composants est facilement accessible en ligne.

16. La grossesse est-elle une contre-indication?
Les femmes enceintes ont la possibilité de recevoir le vaccin à tout moment, si elles sont éligibles et n’ont pas de contre-indications. Cette décision est fondée sur leurs valeurs personnelles et sur leur compréhension du fait que le risque d’infection et de complications liées à la COVID-19 l’emporte sur le risque théorique ou non étudié de la vaccination pendant la grossesse. Les femmes ne devraient pas se voir refuser le vaccin uniquement parce qu’elles sont enceintes. Une infection grave par le virus de la COVID-19 comporte des risques pour la santé de la mère et du fœtus (Société des Obstétriciens Gynécologues du Canada - 1er février 2021). Chaque femme enceinte est invitée à consulter son médecin traitant. Si elle décide de se faire vacciner, elle doit avoir une ordonnance du médecin pour recevoir le vaccin contre la COVID-19.

17. Essayer de tomber enceinte est-il une contre-indication?
Si vous prévoyez une grossesse, il est recommandé de compléter toute la série de vaccins contre la COVID-19 (si possible) pour obtenir une efficacité maximale du vaccin avant la grossesse. On ne sait pas si la grossesse doit être retardée après avoir été vaccinée. Il est donc recommandé de discuter des risques et des avantages avec votre médecin (Société des obstétriciens et gynécologues du Canada - 15 février 2021). Au Canada, le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) recommande d'attendre 28 jours après la fin du cycle de vaccination avant de devenir enceinte (CCNI, 12 janvier 2021).

18. L'allaitement maternel est-il une contre-indication?
Les femmes qui allaitent ont la possibilité de recevoir le vaccin à tout moment, si elles sont éligibles et n’ont pas de contre-indications. Cette décision est fondée sur leurs valeurs personnelles et sur leur compréhension du fait que le risque d’infection et/ou de complications liées à l’infection par la COVID-19 l’emporte sur le risque théorique ou non étudié de la vaccination pendant l’allaitement. Les femmes ne devraient pas se voir refuser le vaccin au seul motif qu’elles allaitent (Société des Obstétriciens Gynécologues du Canada - 1er février 2021). Le Comité sur l’immunisation du Québec est d’avis que, bien qu’il n’y ait pas encore suffisamment de donnés sur la vaccination des mères qui allaitent, les avantages de la vaccination l’emportent sur les risques pour la mère et l’enfant. Il est recommandons que chaque femme qui allaite parle des risques et des avantages du vaccin avec son médecin traitant. Une ordonnance médicale n’est pas nécessaire pour recevoir le vaccin.

19. Quels sont les effets secondaires attendus?
Des effets secondaires ont été signalés par les personnes ayant reçu les vaccins Pfizer et Moderna. En outre, les études ont indiqué que les effets secondaires de la première et de la deuxième dose semblent être un peu plus prononcés chez les personnes de moins de 55 ans. La plupart de ces réactions ont tendance à être légères à modérées, et elles disparaissent en quelques jours. Les effets secondaires locaux comprennent la douleur, le gonflement ou la rougeur au point d'injection. La douleur au point d'injection est l'effet secondaire local le plus souvent signalé. Parmi les effets secondaires systémiques, citons la fatigue, les maux de tête, les frissons, les douleurs musculaires, les douleurs articulaires et le gonflement des ganglions lymphatiques sous le bras. De la fièvre se produit parfois, mais elle est généralement inférieure à 38,9°C. La fatigue et les maux de tête sont les effets secondaires systémiques les plus fréquemment signalés. Certains participants aux études Pfizer et Moderna ont signalé que les effets secondaires étaient un peu plus intenses après la deuxième dose. Toutefois, il s’agit simplement d’un signe que le système immunitaire fait son travail.

20. Puis-je être vacciné si j'ai déjà été testé positif à la COVID-19?
Oui, mais le Québec et Santé Canada ont décidé de n'administrer le vaccin qu’aux personnes qui n'ont pas été diagnostiquées COVID-19 au cours des trois derniers mois. Vous pouvez recevoir le vaccin une fois que trois mois se sont écoulés depuis la date de votre test positif. Cette information sera revue à mesure que les stocks de vaccins augmenteront.

21. Puis-je être vacciné si je suis actuellement atteint de COVID-19?
Il est recommandé d’attendre jusqu’à ce que vous n’ayez plus de symptômes. Cette période d’attente permet d’éviter qu’une personne contagieuse se présente sur un lieu de vaccination et infecte d’autres personnes. Il est probable que vous soyez encore exposé à un risque d’infection pendant quelques mois après l’infection, bien que le risque soit plus faible. Vous pouvez donc envisager de reporter la vaccination jusqu’à trois mois après votre diagnostic (MSSS - 4 janvier 2021).

22. Puis-je encore transmettre le virus si j'ai été vacciné?
Oui, vous pouvez infecter une autre personne, même si vous avez été vacciné. De plus, vous pouvez être porteur du virus, même si vous ne présentez aucunsymptôme. Il est de votre responsabilité de continuer à respecter les règles de prévention et de contrôle des infections.

23. Si moi, les membres de ma famille et mes amis ont été vaccinés, dois-je quand même porter un masque?
Oui. Sinon, vous risquez de contaminer des personnes en dehors de votre groupe immédiat. Vous pouvez également être porteur du virus sans être infecté. Vous devez continuer à respecter les règles de prévention et de contrôle des infections dans le cadre de vos activités quotidiennes.

24. Comment puis-je obtenir la preuve que j'ai été vacciné avec la première dose?
Une preuve de vaccination est actuellement disponible sur le lieu de vaccination. Tout employé qui a été vacciné avant que ce type de preuve ne soit disponible pourra obtenir une preuvelorsqu’il recevra sa seconde dose (confirmation que les deux doses ont été reçues). Si vous souhaitez le plus rapidement possible la preuve que vous avez été vacciné avec votre première dose, vous pouvez remplir le formulaire au lien ci-dessous et l’envoyer à Chantal Desmarais à :

CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal
3755, chemin de la Côte Sainte-Catherine
Montréal (Québec)  H3T 1E2
Télécopieur : 514-340-7556

 https://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/document-001088/

Il peut y avoir un délai supplémentaire, en raison d'un volume plus important de demandes ou de l'indisponibilité temporaire des informations recherchées.

25. Que dois-je faire si, après avoir été vacciné, je développe des symptômes de type COVID-19?
Les symptômes cliniques post-vaccination peuvent ressembler à ceux de la COVID-19. C’est pourquoi vous devez être attentif à la présence d’un ou plusieurs symptômes, tels qu’une fièvre de 39°C ou plus, des difficultés respiratoires, une perte de goût et/ou d’odorat, une toux, un mal de gorge ou un mal de tête inhabituel. Si vous présentez l’un de ces symptômes, veuillez contacter la ligne d’assistance COVID-19 aux employés au 514 731-7343, de 8h à 18 h, 7 jours sur 7, pour évaluer votre situation. De plus, vous ne devez pas vous présenter de ne pas se présenter au travail.

26. Combien de temps faut-il pour obtenir le résultat d'un test COVID-19 à la remorque Légaré et au pavillon N?
Le CIUSSS communique les résultats aux personnes dépistées dans les 24 à 48 heures dès le moment où nous recevons les résultats du laboratoire. Les analyses de laboratoire sont faites selon les priorités gouvernementales. Il est donc possible que les résultats soient communiqués à vous quelques jours après le moment du dépistage.

27. Comment puis-je prendre rendez-vous pour me faire vacciner?
Les membres du personnel seront vaccinés par le CIUSSS, en fonction des priorités établies par le MSSS. Le personnel éligible sera contacté par téléphone et recevra toutes les informations nécessaires au moment de la vaccination. Les personnes n'ayant pas de rendez-vous ne seront pas autorisées à entrer sur le lieu de vaccination. Si vous craignez d'avoir été oublié, veuillez en parler à votre gestionnaire.

28. Combien de temps faut-il pour se faire vacciner et pourquoi dois-je attendre?
L'ensemble du processus, y compris l'enregistrement et l'évaluation, prend de 30 à 60 minutes. Une fois que vous avez reçu votre vaccin, il y a peu de chances qu'il provoque une réaction allergique. Celle-ci se produit presque immédiatement après l'administration du vaccin. C'est pourquoi, pour votre propre sécurité, on vous demandera de rester de 15 à 30 minutes après avoir été vacciné.

29. Ai-je le choix du vaccin que je reçois?
Non. Soyez assuré que tous les vaccins sont sécuritaires et vous protégeront.

30. Puis-je combiner les vaccins?
Pour l'instant, ce n'est pas recommandé, bien que ce sujet ait suscité beaucoup d'intérêt. Des études sont en cours au Royaume-Uni et les résultats devraient être disponibles dans les prochains mois.

31. La nouvelle stratégie de vaccination sera-t-elle également utilisée pour le public? En d'autres termes, est-il possible que la deuxième dose destinée aux travailleurs de la santé soit retardée, mais qu'à mesure que des doses supplémentaires seront produites, les personnes moins prioritaires soient toujours vaccinées dans le délai recommandé par le fabricant?
La recommandation du Comité sur l’immunisation du Québec est de retarder la deuxième dose pour toutes les vaccinations actuelles. Cette mesure restera en vigueur, jusqu'à ce que le MSSS en décide autrement.

32. Peut-on voyager après avoir reçu deux doses du vaccin? À mon retour, quelles sont les répercussions pour mon travail, si je voyage à l'étranger - par exemple, pour la naissance d'un petit-fils ou d’une petite-fille? Je me rends compte que je devrai être mis en quarantaine à mon retour. Je suis en mesure de travailler depuis chez moi.
La disponibilité des vaccins contre la COVID-19 ne signifie pas que nous pouvons mettre fin aux mesures de santé publique qui sont actuellement en place. Nous vous recommandons vivement de ne pas voyager à l'extérieur du Québec ou du Canada, et de ne pas vous déplacer entre les zones COVID-19 locales ou provinciales. Si vous décidez de voyager à l'extérieur du Canada, vous devez vous isoler pendant 14 jours à votre retour. Comme indiqué dans la directive ministérielle, vous ne serez pas rémunéré, sauf si vous êtes autorisé à travailler à domicile et recevez l'autorisation de votre supérieur hiérarchique. De plus, si vous voyagez, vous ne serez peut-être pas couvert par une assurance. En outre, vous serez également tenu d’assumer les conséquences de tout problème qui pourrait survenir, par exemple des frais médicaux imprévus et des annulations de vol. Vous n'aurez pas droit à l'assurance salaire si vous êtes infecté par la COVID-19 en dehors du pays.

33. Un consentement écrit est-il nécessaire avant de me faire vacciner?
Oui, vous devez remplir et signer un formulaire de consentement pour recevoir le vaccin. Il vous sera envoyé par courrier électronique ou vous sera remis par votre gestionnaire avant votre rendez-vous. De plus, les femmes enceintes sont priées de discuter avec leur médecin traitant et d'avoir en leur possession une ordonnance médicale pour recevoir le vaccin COVID-19.

34. Quel numéro dois-je appeler pour toute question concernant la COVID-19, comme les tests, les protocoles d'isolement et la vaccination?
Vous pouvez contacter la ligne d'assistance aux employés COVID-19 au 514-731-7343, de 8 h à 18 h, 7 jours sur 7.

35. À qui dois-je m'adresser si j'ai des questions sur les primes liées à la COVID-19 qui doivent être payées?
Veuillez en parler à votre gestionnaire.

36. Quelles sont mes options pour une seconde dose si j’ai reçu une dose d’AstraZeneca ? 
Pour les personnes âgées de moins de 45 ans qui ont reçu les vaccins Covishield ou AstraZeneca en première dose, il est recommandé de recevoir Pfizer ou Moderna en deuxième dose. Cependant, si elles le souhaitent, elles peuvent recevoir Covishield ou AstraZeneca après avoir été informées du risque plus élevé de thrombose avec thrombocytopénie pour ce groupe d’âge (voir ci-dessous) et qu’il est recommandé de recevoir Pfizer ou Moderna comme seconde dose. 
Pour les personnes âgées de 45 ans et plus qui ont reçu les vaccins Covishield ou AstraZeneca pour la 1re dose, les mêmes vaccins peuvent être administrés pour la seconde dose. Une personne peut également recevoir une dose de vaccin ARNm (Pfizer ou Moderna) pour la 2e dose si elle le préfère, selon les doses qui seront disponibles au Québec. Des études montrent que les personnes qui reçoivent deux vaccins différents peuvent éprouver des effets secondaires plus prononcés après la 2e dose, comme de la fièvre, des maux de tête et de la fatigue. Ces effets secondaires disparaissent en quelques jours.  

37. Est-il sécuritaire de recevoir le vaccin AstraZeneca en deuxième dose ? 
Les vaccins Covishield et AstraZeneca sont sûrs et offrent une protection très efficace et durable.  
Notez que les cas de thrombose avec thrombocytopénie sont considérés comme une complication possible des vaccins Covishield et AstraZeneca. Ceci est très rare (1 cas sur 60 000 vaccins administrés à la 1re dose). Lorsque la 2e dose est administrée, le taux est encore plus faible, soit 1 cas sur 600 000. 

38. Si je choisis de recevoir Pfizer ou Moderna comme deuxième dose, sera-t-elle efficace ? 
Le mélange de différents vaccins a été utilisé comme stratégie pour des vaccins contre d’autres maladies dans le passé, comme les vaccins contre l’hépatite. Des études sont en cours sur la réponse immunitaire obtenue lorsque des vaccins contre le COVID-19 sont mélangés.  
Des études préliminaires ont montré que l’administration d’un vaccin à ARNm après l’AstraZeneca renforcera la réponse immunitaire, produisant des niveaux élevés d’anticorps, ce qui correspond à ce que l’on attend d’une deuxième dose. 

39. Quel est l’intervalle entre mes injections d’AstraZeneca ? 
Au Québec, l’intervalle actuellement accepté par le MSSS pour l’administration de la 2e dose d’AstraZeneca est entre 8 semaines et 16 semaines afin d’obtenir une protection maximale.  
La deuxième dose du vaccin AstraZeneca est administrée depuis le 29 mai 2021. Voir  https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/coronavirus-2019/deroulement-vaccination-contre-la-covid-19/deuxieme-dose-du-vaccin-contre-la-covid-19

40. Quel est l’intervalle si je choisis de recevoir un vaccin à ARNm comme deuxième dose au lieu de l’AstraZeneca ? 
Une personne pourrait cependant, après consentement éclairé, préférer recevoir une dose de vaccin ARNm (Pfizer ou Moderna) comme deuxième dose 8 semaines après la première dose. Selon les données récemment publiées sur ce type de stratégie de vaccination, les personnes qui recevront deux vaccins différents ressentiront probablement des effets secondaires plus importants dans les jours suivants la seconde dose, tels que de la fièvre, des maux de tête et de la fatigue. ( https://www.msss.gouv.qc.ca/ministere/salle-de-presse/communique-2891

41. Puis-je recevoir AstraZeneca ou Covishield comme deuxième dose si j’ai reçu Pfizer ou Moderna comme première dose ? 
Cela n’est pas recommandé actuellement.

Dernière modification de la page le 

Nous recherchons toujours des commentaires pour améliorer notre site.