Hà Quach

 

Hà Quach, B.Sc. Inf. M.Sc., est infirmière-chef d’unité en médecine interne et fast track unit (FTU) à l’Hôpital général juif. Elle a été interviewée par Karine Marineau le 22 avril 2021.

Un début difficile

Hà Quach venait tout juste d’être en poste comme infirmière-chef de son unité à l’Hôpital général juif, lorsque les autorités ont déclaré que la COVID-19 a commencé. « Je n’ai eu qu’une semaine d’orientation et j’étais nouvelle à l’Hôpital général juif », a-t-elle expliqué. Quelques jours plus tard, on lui a demandé de mettre sur pied le département de « rule-out» COVID, une unité pour usagers en attente de résultat COVID avant de pouvoir les envoyer à leur département désigné.  « Avec l’aide de mon assistante-infirmière chef et de l’éducatrice, on a réussi à créer une unité de 18 lits pour ces usagers en attente de résultats COVID en 16 heures seulement ! », a-t-elle confié fièrement.

Il a fallu désinfecter les lieux, apposer l’affichage pour l’isolement, faire appel au personnel de l’entretien ménager, de la buanderie, obtenir les équipements nécessaires avant d’accueillir les patients. « J’ai demandé à l’équipe de prévention et contrôle des infections de former nos infirmières sans oublier l’utilisation des équipements de protection individuelle, les prises de sang spéciales et tous les protocoles à suivre à la lettre », a-t-elle expliqué. Malgré le fait qu’elle ne connaissait personne dans cet hôpital, tout s’est déroulé harmonieusement. « On travaillait en équipe et en collaboration avec tous les autres services, c’était incroyable la dynamique d’entraide durant cette pandémie. Je suis vraiment fière de mon équipe parce qu’elle s’est attelée à la tâche avec empressement », a-t-elle ajouté.

Un peu plus tard, grâce à son expérience en maladies infectieuses (l’Ébola, entre autres), Quach a constaté que la ventilation dans les salles de repos et le vestiaire de son personnel devait être corrigée, afin de réduire le nombre d’infections sur son unité.

Écouter un extrait de l'entrevue de Hà Quach :

Pendant les deuxième et troisième vagues, l’organisation a demandé à Quach et son équipe de faire plusieurs changements : accueillir des patients de l’unité de gériatrie et par la suite, des patients provenant d’autres services. À titre d’infirmière-chef, Quach devait voir à coordonner son équipe avec l’équipe multidisciplinaire afin de s’adapter aux changements nécessaires, lesquels devaient être faits avec un minimum de préavis.

Pour accomplir son travail, Quach devait nécessairement communiquer avec d’autres gestionnaires. Mis à part les courriels et le téléphone, Quach a dû, comme ses collègues, apprendre à composer avec les nouvelles technologies, un autre défi pour elle. « Être sur Teams, c’est bien, mais le contact humain m’a vraiment manqué comme je connaissais personne à l’hôpital », a-t-elle expliqué.

Avec tout cela, Quach avait beaucoup moins de temps pour prendre soin de sa famille, « comme je faisais beaucoup heures et je rentrais tard ». Son mari devait faire du télétravail. Il était souvent seul pour veiller à ce que les enfants suivent leurs cours à la maison. « Nous étions bien organisés, mais comme tant d’autres familles c’était parfois difficile de conjuguer le travail exigeant, à cause de la COVID, et ma vie personnelle », a ajouté Quach.

Pendant ce temps, à cette même période, son père a reçu un diagnostic de cancer du poumon et a aussi été traité à l’Hôpital général juif. Dû à sa charge de travail et aux règles sanitaires de la COVID, elle n’a pu le voir que quelques minutes à la fois. Il est malheureusement décédé moins de trois mois plus tard. « J’aurais pu demander un congé de maladie pour fin de vie, mais je n’ai même pas eu le temps de le faire.»

Maintenant que la COVID est mieux maîtrisée, Quach a bien hâte de pourvoir initier d’autres projets pour son unité, afin d’améliorer les soins aux patients. « Mon équipe est capable de relever bien des défis. Après tout ce que nous avons vécu, je sais que je pourrais bien gérer n’importe quelle situation », a-t-elle conclu.

Dernière modification de la page le 

Nous recherchons toujours des commentaires pour améliorer notre site.